Clinique St-Vincent en cas d’urgence : 03.81.48.28.28

L’INTERVENTION

Elle se déroule le plus souvent sous anesthésie gé-nérale ; le chirurgien accède à la colonne vertébrale par une incision sue la partie basse de l’abdomen au milieu ou sur le côté. La longueur de l’incision dépend de l’emplacement et du nombre des vertèbres à consolider.

Pour consolider la colonne, on utilisera divers types d’éléments métalliques (implants) ainsi que des greffes osseuses. Les implants (vis, tiges, plaques, cages intersomatiques) fournissent une fixation immédiate ce qui permet à l’os de se reconstituer lentement tout autour.

Le but des implants est aussi de corriger un déséquilibre de la colonne en restituant une courbure harmonieuse. L’os utilisé pour la greffe est prélevé le plus souvent sur le bassin, quelques fois un substitut osseux synthétique est additionné à l’os pour augmenter le volume de la greffe. La greffe peut être déposée sur les vertèbres ou dans le disque, elle sera alors placée le plus souvent dans une «cage».

Dans certains cas, une simple greffe osseuse, sans recours aux implants, suffira à consolider le rachis.
Il est parfois nécessaire d’enlever une partie de la vertèbre pour libérer convenablement la ou les racines éventuellement comprimée(s), ou encore la moelle épinière.

La plaie est refermée en laissant en place un drainage par un tuyau en plastique relié à une bouteille aspirant le sang, qui sera enlevée 2 à 3 jours après l’intervention. Quelques fois si le diaphragme (muscle qui sépare le thorax et l’abdomen) est ouvert pour accéder à des vertèbres lombaires hautes ,un drain supplémentaire dit «thoracique» sera placé et nécessitera une surveillance en unités de soins intensifs.

La perte sanguine durant l’intervention est variable en fonction du patient, de l’étendue de l’arthrodèse, de la durée d’intervention et des complications éventuelles.

Elle peut compensée par une auto-transfusion (don de son propre sang avant l’intervention), une prise d’érythropoiétine (médicament qui stimule la fabrication des globules rouges) avant l’intervention ou une récupération du sang pendant l’intervention. Une transfusion peut malgré tout être nécessaire.

Les suites de l'intervention

Les suites de l’intervention sont peu douloureuses, bien contrôlées par le traitement analgésique. Le retour à domicile est possible après 3 à 10 jours. La marche est recommandée. L’arrêt de travail est -selon les professions- de 2 à 3 mois, parfois plus.

Téléchargez la fiche pour connaître les risque encourus

Source : Ce contenu est issu de la Société Française de Chirurgie du Rachis

Dernières actualités